logo

Most viewed

Prostitution essaouira

When, in 1578, the young king Sebastian with almost his whole army met death, and Portugal saw the end of her glory, at Alcazarquivir, the few nobles who remained were taken captive and sold to the Jews in Fez and Morocco.Moroccan men, escort


Read more

Natasha escort kiev

Less than40 kg / 88 lbs41 kg / 90 lbs42 kg / 93 lbs43 kg / 95 lbs44 kg / 97 lbs45 kg / 99 lbs46 kg / 101 lbs47 kg / 104 lbs48 kg / 106 lbs49 kg / 108 lbs50 kg


Read more

Club echangiste la riche

J'ai choisi chez Erwan car l'ambiance est sympa.Tout ceci est discret et respectueux, les inconnus se retirent avec le sourire lorsquils sentent quils ne sont pas les bienvenus.Dans le temps, avec un peu plus dexpérience et dassurance, ce sont même très souvent les


Read more

Pour ou contre la légalisation prostitution


Oui, des personnes peuvent en venir volontairement, sans la contrainte dun tiers, à se prostituer.
Un regard différent, critique et empreint de compassion sur les grands enjeux de société.
Aujourdhui, je suis cependant ébranlé par de nouvelles informations que nous ne pouvons pas négliger.LAngleterre, pays réglementariste, fait dailleurs la distinction : la prostitution ne constitue pas une infraction si la prostituée travaille seule, de façon indépendante, est propriétaire du local où elle exerce et ne trouble pas l'ordre public.Pour nous, interdire lachat dun acte sexuel sans supprimer la répression à lencontre des personnes prostituées nest pas concevable.La pénalisation des clients pourrait accentuer les évolutions déjà observées : isolement en banlieue, dans les zones forestières, emprise aggravée des proxénètes, développement de la prostitution sur Internet ou dans les salons de massage.Les défenseurs du système prostitueur, en nous qualifiant de putophobes, déplacent le curseur pour faire oublier que les abolitionnistes sattaquent aux proxénètes et aux "clients" prostitueurs et non aux personnes prostituées!Peut-on continuer à les ignorer?Il faudra également créer les conditions favorables pour aider les femmes à "accéder à d'autres métiers" et à ne pas "tomber dans ces réseaux-là".Prostitution et politique, il y a quelques années, le Bloc Québécois a mis sur pied un comité de réflexion concernant la prostitution.Pénaliser les "clients cest ôter un peu de pouvoir à lagresseur.Prostitution: légalisation, décriminalisation, tolérance et quoi encore!



Reflet de Société édité par le Journal de la Rue.
Labolition du système prostitueur un projet progressiste, un tournant de civilisation visant à préserver le corps humain et la sexualité de la commercialisation et des lois du marché.
Ce nest pas illégal.Il sagit là dun nouveau consensus social et dun vrai choix de société.Tous les profits générés par la vente de Reflet de Société sont remis à lorganisme Journal de la Rue qui offre des services de réinsertion sociale aux jeunes.«Abolir le plus vieux métier du monde!Ce que demandent la majorité dentre elles, ce nest pas une passe à heure et jour fixe mais une intégration facilitée à la vie sociale, avec plan cul femme 50 ans les possibilités de rencontres quelle ouvrirait (accès aux restaurants, bars, cinémas, boîtes de nuit, etc.).Lise Ravary fait un excellent résumé de létat de la situation.Elle ne concerne pourtant quun petit nombre de femmes.Il porte sur le lieu dexercice, alors que le danger fondamental pour les personnes prostituées tient au fait de se retrouver seule avec le client, à huis clos.La traite des êtres humains et le "tourisme sexuel" reposent sur des représentations terriblement racistes.Une loi, pourquoi faire?


[L_RANDNUM-10-999]
Sitemap